Rechercher

La Naturopathie, un allié minceur, mon poids de forme? IRM:




  1. A la recherche des causes possibles

  2. Un traitement holistique, global qui prend en compte toutes les dimensions humaines

  3. Naturopathie et perte de poids : quels résultats?

https://www.moselle-naturopathie.fr



A la recherche des causes possibles

La naturopathie a la particularité de toujours rechercher à maintenir un équilibre dans le corps. Comment ? En partant en quête des causes pouvant mener à l’apparition d’un trouble ou d’une pathologie. C’est pourquoi, toute consultation en vue d’une perte de poids commence par l’établissement d’un bilan naturopathique.

Celui-ci permettra de déterminer les différentes causes possibles de la prise de poids. Bien entendu, avoir une alimentation déséquilibrée est l’un des facteurs déterminants, mais chaque cas est différent et peut s’expliquer en fonction de différentes causes.


Un métabolisme ralenti

Les déchets de notre corps ont différentes portes de sorties, ces émonctoires ont pour mission d’évacuer les toxines du corps. Pour autant, dans le cas d’un métabolisme ralenti, cette fonction n’est pas correctement remplie par l’organisme. Résultat ? “Le corps va stocker plutôt que d’éliminer. Certaines personnes mangent pourtant très peu. Mais justement : moins elles mangeront, moins elles auront d’énergie pour déstocker ces toxines”, pour résumer.

Ce déséquilibre peut provenir d'un organe en particulier, d'une fonction et d'un ensemble de chose c’est pourquoi il est nécessaire de faire le bilan en amont. Un métabolisme ralenti peut être constitutionnel, secondaire à une habitude en hygiène de vie ou à la gestion du stress.


Une surcharge émotionnelle

Les émotions ont un impact sur la prise de poids. Il n’est ainsi pas rare qu’une personne en deuil voit son poids augmenter alors qu’elle ne mange pas forcément plus que d’habitude. "Les émotions peuvent déséquilibrer la circulation énergétiques des organes et affecter l’énergie corporelle, on va alors restaurer les énergies émotionnelles et corporelles qui sont interdépendantes".


Brûler les aliments

Nous pouvons comparer ce que nous mangeons à une bûche qui va se consumer plus ou moins vite en fonction de la chaleur dégagée par notre système digestif » c'est à dire l'ensemble des organes qui vont être mis en relation pour permettre l'absorption, la transformation, l'assimilation, et l'élimination des aliments et l'interaction fondamentale de ce processus sur les autres organes.


La fatigue ou le stress

Certaines personnes s’épuisent sans s’en apercevoir par trop d’actions. Ces personnes vivent en permanence en apnée ce qui a pour conséquence de bloquer les flux et donc leur digestion. Le problème est alors que le système digestif va dysfonctionner et entre autre évacuer directement les nutriments dans les déchets de l’organisme au lieu de les assimiler.


Un traitement holistique, global

Un programme de réforme alimentaire, une éducation alimentaire

En naturopathie, les personnes qui veulent perdre du poids ne vont pas être soumises à un régime, mais à un programme de réforme alimentaire. Il ne s'agit pas d'interdire des aliments, mais de faire comprendre pourquoi cet aliment est délétère dans la situation, c'est la personne qui fait le choix en toute conscience, de le retirer, d'essayer, de tester, de réfléchir au processus, d'être acteur de sa santé. L’objectif est donc d'atteindre son poids de forme et d’apprendre à manger en fonction de sa constitution, de son tempérament , sans frustrations ce qui permettra de maintenir un bon poids sur le long terme.


La phytothérapie

Les plantes vont être un soutien dans la perte de poids, et sont proposées en fonction du profil de la personne. Certaines vont par exemple aider l’individu à aller davantage à la selle, d’autres vont remonter le niveau d’énergie pour préserver la motivation ou encore aider à déstocker la graisse.


Les massages, La relaxation, la sophrologie, la méditation

Beaucoup de personnes en surpoids n’aiment plus leur corps, et, un corps qui n'est pas en phase avec qui on est, nous dépasse, nous déconnecte. Les massages peuvent aider à se reconnecter à ce corps, tout comme la sophrologie, la méditation nous permet de nous reconnecter avec notre être, notre conscience et le pouvoir, si on le souhaite de modifier notre mental, qui nous fait aller vers un aliment ou un autre, de modifier nos addictions, nos comportements..


Les huiles essentielles

Les huiles essentielles peuvent être utilisées selon les besoins, les compulsions alimentaires et addictions, la relaxation pour descendre les niveaux de stress..




Naturopathie et perte de poids : quels résultats ?


Il est aussi important de souligner l’importance du thérapeute dans l’entretien de la motivation de la personne. Nous insistons sur le climat de confiance qui doit s’instaurer entre les deux parties afin que la personne ne se sente pas jugée mais s’allège au plan mental et émotionnel.

Les raisons d’une prise de poids sont souvent très complexes.Certaines personnes ne mangent vraiment pas beaucoup, mais stockent énormément. D’autres ont l’impression de manger peu, mais elles mangent mal et/ou n’éliminent pas assez. Les études ont démontré, c’est que manger insuffisamment n’est sûrement pas la solution : le corps pense que c’est une période de famine qui s’annonce et met en route un ensemble de systèmes qui auront pour effet de stocker tout aliment arrivant dans l’estomac, même une feuille de salade.On arrive parfois à des extrêmes où certaines personnes ne mangent presque plus rien mais stockent énormément !Pour perdre du poids, il n’y a pas de solution miracle ni de recette magique, mais il y a des stratégies qui peuvent aider. En naturopathie, nous cherchons toujours la cause aux symptômes afin de retrouver un équilibre pour chacun.


Cortisol et prise de poids (ne pas confondre avec cortisone, le cortisol est l'hormone du stress) Plusieurs études ont révélé qu’une réduction du stress et un retour à des taux de cortisol normaux peuvent aider à réduire le taux de graisse corporelle, à contrôler la pression sanguine, à améliorer la sensibilité à l’insuline, à équilibrer le taux de glycémie et à contrôler l’appétit. Le stress contribue au gain de poids principalement à cause du cortisol, principale hormone du stress dont le taux reste élevé tant que nous sommes soumis à un stress chronique. Il communique au cerveau un message puissant, celui d’augmenter l’appétit et de créer le besoin de certains aliments, en particulier de glucides et de lipides parce qu’ils sont riches en calories. Par ailleurs, le cortisol ralentit aussi notre taux métabolique en bloquant les effets de bon nombre d’hormones importantes :dont l’insuline, d’où un déséquilibre du taux de sucre sanguin et le besoin féroce de glucides qui s’ensuit, mais aussi la sérotonine d’où parfois un état de fatigue et de dépression, l’hormone de croissance d’où une perte de masse musculaire et une accumulation de graisse et les hormones tels que la testostérone et l’oestrogène… En somme, à cause des facteurs qui agissent simultanément lorsque nous sommes stressés, nous mangeons davantage, brûlons moins de calories et emmagasinons plus de graisses.


L’autre rôle de l'insuline L’insuline a pour principal rôle la régulation du taux de sucre sanguin, les gens l’associent surtout au diabète, alors que cette hormone a plusieurs autres fonctions. En plus de maintenir le sucre sanguin à des taux bas et stables, l’insuline est aussi responsable du stockage de la graisse dans les cellules adipeuses, du sucre dans le foie et les muscles (sous forme de glycogène) et de l’acheminement des acides aminés vers la synthèse des protéines (formation de muscles). Ces diverses fonctions valent parfois à l’insuline le surnom d’« hormone de stockage » parce qu’elle aide le corps à garder en réserve, là où il le faut, les sources d’énergie pour usage ultérieur. Malheureusement, le stockage n’enchante guère celui ou celle qui cherche à perdre du poids. Dans ces cas, il serait intéressant de trouver l’équilibre entre les bons et les mauvais glucides via entre autre l’index glycémique. Un taux de glycémie trop élevé et la combustion de graisse cesse parce que le corps, saturé de sucre, décide de l’emmagasiner. Un taux de glycémie trop bas et le corps cesse de brûler de la graisse parce qu’une quantité insuffisante de glucose l’empêche de lancer le processus combustion de la graisse. Il est alors question de trouver SON équilibre.


Accros au sucre? Lorsque l’on mange des aliments sucrés, le cerveau, content, fabrique de la sérotonine, une substance apaisante et antistress. Certaines personnes avalent ainsi trois à six collations riches en sucres par jour pour « se calmer ». Hélas, les sucres rapides font grossir par divers mécanismes, particulièrement les femmes stressés, celles qui souffrent de syndrome prémensturel, de dépression hivernale et lors de l’arrêt du tabac (la nicotine augmente la sérotonine et son interruption a l’effet inverse). Moins il y a de sérotonine, plus il y a de "fringales". Manger au quotidien des aliments naturellement riches en précurseurs de la sérotonine en remplaçant les sucres rapides par des sucres lents comme le riz complet, les haricots secs, les lentilles etc.. Mais aussi les oeufs, viandes et volailles, poissons, soja, tomates, aubergines, avocats, pain de blé complet, banane, dattes, noix, prunes, etc…


Oui aux Oméga 3 Et oui, il faut manger de bonnes graisses pour perdre de la mauvaises graisses. L’une des plus grandes idées totalement fausses sur la perte de poids est que nous avons besoin de manger une alimentation très faible en gras.Il ne faut justement pas faire l’impasse sur les acides gras riche en oméga 3, qui brûlent facilement et accroissent les échanges entre les cellules et l’utilisation du sucre. Ils s’opposent à l’obésité et au diabète en diminuant la résistance à l’insuline.Ils facilitent également l’action de la sérotonine au niveau cellulaire : huile de colza, huile de noix de préférence vierge première pression à froid et des poissons gras type maquereau, sardine, hareng, saumon…


Manger à la bonne heure Dans ce cas, la répartition de la journée peut être : petit déjeuner de roi, le déjeuner de prince et le dîner de pauvre sont une notion à intégrer au quotidien. Car il est meilleur pour la ligne de manger copieux en première partie de journée et léger dans la soirée. Ce phénomène, maintes fois constaté, s’explique par nos variations hormonales. Le matin, une hormone favorisant la prise de poids (insuline) et une autre entravant le processus (glucagon) sont sécrétées en même temps. Ainsi, la prise de petit déjeuner ne provoque ni gain, ni perte de poids. En revanche, le soir, l’insuline est sécrétée bien avant le glucagon. Elle a donc le temps d’induire un stockage avant d’être arrêtée dans son élan. Mieux vaut faire 4 petits repas que trois gros repas. On sait désormais qu’en fractionnant nos repas en 4 voire 5 prises par jour, on risque moins de prendre du poids. Il ne s’agit pas de grignoter, mais de manger moins à chaque collation ou mini-repas. exemple 8h - 12h- 16h - 20h. En effet, lorsque l’on avale des petites quantités de calories en plusieurs fois un système s’oppose au stockage. Manger entre ces repas, empêche notre système digestif de procéder à son système de détoxication et de rééquilibrage.

Planifiez vos propres repas. L’un des conseils les plus importants est de prévoir ses changements alimentaires, en ayant ses collations et ses idées repas sous la main. Surtout en choisissant SES aliments et en ne suivant pas de recettes compliqués et dictés que nous ne suivront pas au long terme. L’objectif est de trouver sa nouvel hygiène de vie et non de faire un régime sur une courte durée.


Pratiquer une activité sportive, à minima 30 minutes de marche rapide par jour. On bouge.

Il faut absolument choisir une activité physique qui vous plaît, et qui soit adapté rien que pour vous ! Marches, cyclisme, natation, stretching, yoga…En plus des bienfaits en général sur la santé, le sport provoque une hausse du taux d’hormones « brûleuses » de graisses, telles que la testostérone et l’hormone de croissance. L’activité physique est bonne pour le moral, et permet de détourner l’attention de la nourriture. Sans compter qu’elle dessine et sculpte notre corps, ce qu’aucun régime au monde ne peut faire.


Une bonne hydratation Il est important de fuir la déshydratation. L’eau est un catalyseur important dans la perte de poids parce qu’une hydratation adéquate est essentielle pour brûler des calories, maintenir une bonne musculature et stimuler le métabolisme en général. Si on souffre de déshydratation, même faible, le taux de cortisol augmentera et le taux métabolique chutera.Bien que les besoins en eau puissent varier selon les conditions environnementales et selon le niveau d’exercices physique, en règle générale, il est recommandé de boire huit verres d’eau par jour. C’est la recommandation, basée sur l’estimation chimique de la quantité d’eau nécessaire pour métaboliser 1500 à 2000 calories dérivées d’un régime alimentaire mixte.


Equilibrer les Hormones Pour certains, bien manger et pratiquer un sport au quotidien et divers modifications, cela ne suffit toujours pas pour perdre du poids. Ceci peut être provoqué par une perturbation du système endocrinien, et peut impliquer des déséquilibres avec certaines hormones tels que l’œstrogène, la progestérone, la testostérone, et le cortisol. La thyroïde est une autre hormone glande productrice qui est extrêmement importante pour un bon métabolisme. Une glande thyroïde est un des problèmes de santé les plus difficiles à diagnostiquer. N’hésitez pas à demander un bilan hormonal à un spécialiste.

Aux alentours de 50 ans ? Si vous prenez du poids de façon inexpliquée, faites un bilan hormonal. Les hormones s’emballent en préménopause et leur déséquilibre provoque une répartition différente des graisses corporelles. Ces dernières s’installent dans la partie inférieure du corps, notamment sur le ventre d’où il est difficile de les déloger. Un rééquilibrage est conseillé afin d’éviter les désagréments.


En cas d’obésité, une prise en charge médicale pluridisciplinaire est nécessaire. La Naturopathie ne peut en aucun cas se substituer aux traitements conventionnels.


Vous pouvez faire appel à un Naturopathe et appréciez vous-même les bénéfices dans le temps d'un accompagnement humain et en accord avec votre vie.

Il pourra envisager avec vous un réglage alimentaire et une prise en charge holistique, globale, de tous vos systèmes, psycho émotionnel compris.


Une consultation en Naturopathie vous conseillera personnellement et adaptera les recommandations selon votre métabolisme et votre mode de vie.


Prenez rendez-vous : Laurence Meucci 0033 6 80 50 35 29


A bientot sur le site https://www.moselle-naturopathie.fr https://www.instagram.com/laurence.meucci_naturopathe/

https://www.facebook.com/laurencemeucci/?view_public_for=103362571478652


Cet article vous a plu ? N'hésitez pas à le partager.



29 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout